Nouvelles

La caméra d’Éli Laliberté documente la réalité humaine

Éli

Article tiré du quotidien Qui fait Quoi, le 6 septembre 2017, par Justine Baillargeon

Éli Laliberté, scénariste, directeur photo, réalisateur et producteur, est un véritable touche-à-tout. Le professionnel compte derrière lui plus d’une vingtaine d’années dans le secteur de l’audiovisuel au Québec. Depuis quatre ans, tout ce à quoi il touche se niche sous la bannière du Groupe PVP basé à Matane. Récemment, il présentait son plus récent film intitulé «Fly-in, fly-out», qui traite du phénomène des travailleurs de rotation, en grande première dans le cadre du festival Les Percéides.

«Ma démarche entre essentiellement dans le secteur du documentaire. Ce qui me passionne est le coeur de l’être humain sous toutes ses formes», explique Éli Laliberté, rencontré à Percé.

À Hot Docs à Toronto, Jean-Pierre Laurendeau, vice-président à la programmation de Canal D, a demandé au documentariste d’élaborer sur un sujet régional. «Je donne beaucoup de crédit à Monsieur Laurendeau de vouloir donner la parole aux régions et de montrer leurs réalités au reste du Québec», déclare le cinéaste.

Le moyen métrage «Fly-in, fly-out», qui sera projeté sur les ondes de Canal D d’ici la fin de l’année, a été tourné dans plusieurs villes situées aux quatre coins du Canada. Éli Laliberté, qui nous offre un aperçu d’un mode de vie encore méconnu du grand public, y a dressé le portrait de plusieurs travailleurs de rotation, dont la pratique porte le surnom de «fly-in, fly-out».

C’est en oeuvrant dans le département caméra que le passionné du 7e art a fait son entrée dans l’audiovisuel. Éli Laliberté a en effet fait ses preuves à titre de directeur photo, portant notamment la caméra pour le grand Jean-Claude Labrecque sur les productions «Le chemin d’eau de la Basse-Côte-Nord» et «Le grand dérangement de Saint-Paulin Dalibaire».

Aujourd’hui, la réalisation et la production de documentaires sont sa force première. Il présentait cette année la série anglophone «Konnected.TV.», dont les treize épisodes ont été produits pour la chaîne APTN.

Éli Laliberté travaille actuellement au montage d’un prochain film, plus personnel cette fois. Le réalisateur a suivi un proche ami à lui, Mike, lorsque celui-ci a appris qu’il lui restait peu de mois à vivre. Cet ami fut le sujet d’un des épisodes de la série «Konnected.TV.». Le film, dont le titre de travail est «Mike», suit donc ce combattant à travers les traitements naturels issus des traditions micmaques. Il s’agit d’un film indépendant.

L’année 2017 est aussi synonyme pour Éli Laliberté de début de projets. En plus d’une série à venir avec Discovery Channels intitulée «Air Labrador» et portant sur les pilotes de brousse labradoriens, il développele projet «Les aventuriers de la chambre noire».

«La série propose de suivre sur le terrain cinq photographes renommés qui entretiennent une relation affective forte avec les communautés traditionnelles qu’ils documentent depuis plusieurs décennies», nous décrit le scénariste et réalisateur du projet. En novembre, Éli Laliberté s’envolera pour le Brésil afin de tourner deux épisodes de cette coproduction entre la France et le Québec, destinée à une diffusion sur les ondes d’ARTE et d’ICI ARTV.